lundi 30 mars 2015

Paris vs Province

























36 commentaires:

  1. Ah! Depuis ton précédent post sur le sujet, j'en étais sûre!!! Je le voyais venir Nantes! Pour nous, depuis 5ans que nous y vivons, c'est la "Ville du Bonheur", la ville que ma chérie et moi avons choisi à l'issue de nos études (ailleurs), et la ville ou nous avons créé notre famille! On l'aime pas, on l'adore notre ville d'adoption. Pour les bretonnes et cyclorandonneuses que nous sommes, sa situation est idéale, et en plus, c'est une ville un peu pionnière en terme de "rainbow family represent"!

    RépondreSupprimer
  2. Non seulement j'adore Nantes mais j'adore également ton post!
    Bravo pour le choix de vie et bravo pour les dessins!
    Des bisous

    RépondreSupprimer
  3. Je suis non seulement tout à fait d'accord avec toi, mais en plus ravie de voir le charme de Besançon reconnu !

    RépondreSupprimer
  4. Tellement fière d'être nantaise !! Plus jeune, je rêvais de partir, ailleurs, pour découvrir autre chose. Et puis, Nantes a beaucoup évolué en 10 ans. Maintenant, c'est Nantes que je redécouvre toutes les semaines.
    Je te contredis juste quand tu dis que tu peux faire le tour de la ville en 2 jours : certes, le centre-ville historique est petit, mais les différents quartiers qui sont amenés à se construire vont te demander un peu plus de temps pour vraiment les apprécier. Et puis, il y aussi la périphérie de Nantes, son vignoble...
    Je vais arrêter de trop chanter ses louanges, sous peine de voir débarquer tous les parisiens ! Ah si,le climat... Bon, comme on dit en Bretagne, il n'y a que les cons qui sont mouillés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout n'est pas non plus idyllique: Perturbations fréquentes et lenteur du tramway, bouchons chaotiques, travaux de voirie et de constructions quasiment permanents, manifestations avec casseurs garantis au minimum chaque mois, accès au centre ville difficile...

      Supprimer
    2. S'il existe en ce bas monde un endroit idyllique, je suis preneuse! ;)
      Bien sûr qu'il y a des inconvénients (et les événements du moment vous donnent plutôt raison...), cela dit, Nantes bouge, avance comme elle peut, et surtout ose! je préférerai toujours une ville en perpétuel mouvement qu'une ville polluée où l'espace est un luxe (je simplifie, car Paris n'est pas si horrible que ça, j'y étais encore la semaine dernière, mais quel plaisir d'en partir et de revenir à Nantes!)

      Supprimer
  5. Je suis Lyonnais et je dis aussi que les métropoles de province sont beaucoup plus agréables à vivre que Paris la bruyante, Paris la tentaculaire, Paris l'étouffante !

    Pour le métro, ça dépend lequel en fait, ici à Lyon le métro est propre et à taille humaine (les gens n'y font même pas la tronche) et je le préfère même au tramway.

    Quant au résultat du FN, c'est une différence sociale: les classes moyennes urbaines libérales, comme nous, sont beaucoup moins concernées par le FN que les prolétaires relégués en grande banlieue ou dans les campagnes rurbanisées, où leur vote rejoint celui de ruraux qui se sentent menacés par l'isolement; ou encore les anciennes cités ouvrières en crise...

    RépondreSupprimer
  6. Les bobos parisiens en ont eu assez de gentrifier les quartiers populaires de Paris, se mettent à faire de même avec ce qu'il appellent dédaigneusement "la province" (qu'on a toujours pas trouvé sur une carte soit dit en passant), Non Merci ! Personne n'a envie que des villes aussi agréables et belles que Lyon, Lille, Nantes, Toulouse ne deviennent des refuges à Parisiens qui -part leur seule présence- fassent augmenter le coût de la vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excusez moi mais c'est un peu comme si les "parisiens" (mais qui sont-ils ? ceux qui vivent, qui ont vécu, vivront ou bien- plus rares- qui sont nés ici ?) rejetaient les si nombreux étudiants, étrangers, provinciaux, etc.. qui arrivent chaque année pour étudier, travailler et vivre ici ! Les villes ne sont à personne et elles ont tout intérêt à s'ouvrir aux autres. De nos jours, rares sont les gens qui naissent, vivent et meurent au même endroit et c'est tant mieux car le monde est vaste et surtout, il est à tout le monde.

      Supprimer
    2. En tant que bonne provinciale de naissance qui n'avait absolument aucune envie d'aller vivre à Paris et qui y a été obligée pour des raisons professionnelles, je tiens à dire que le temps que j'ai vécu à Paris je me suis sentie parisienne et que, le moment étant venu de vivre à Nantes, je me sens nantaise ! Et encore heureux que personne n'est venu me dire "tu ne reviendras pas en province car tu as vécu à Paris"... Très très étrange cette réaction... car on doit bien aussi remercier Paris d'exister et de donner du travail aux provinciaux (et c'est d'ailleurs grâce à elle que j'ai pu revenir sur mes terres natales et réintégrer mon statut de provinciale, que non, je ne dénigrais pas et que je ne dénigre toujours pas).

      Supprimer
    3. Ben moi qui suis nantaise de toujours (avec quelques infidélités à l'étranger), je comprends qu'on aime ma ville, mais je comprends aussi la réaction de Quentin et vous recommande la lecture du livre "sociologie de Nantes" aux éditions de la découverte. Nantes, cité ouvrière de l'Ouest est devenu aujourd'hui une ville à majorité CSP + (exactement comme le Paris intra-muros d'avant/après le déménagement des Halles). Oui, les Parisiens qui arrivent à Nantes arrivent avec leur richesse humaine, mais parce qu'ils ont un pouvoir d'achat élevé, ils provoquent l'accélération d'un phénomène qu'on appelle gentrification. C'est bien simple, s'il n'y avait pas de quartiers HLM dans Nantes, il n'y aurait plus de milieux populaires à Nantes. Tous les quartier popu (Madeleine, Ste Anne, Sud-Loire, etc...) se boboïsent phénoménalement et les loyers augmentant dégagent le bas-peuple.
      Je pense qu'il faut que vous ayez conscience de cela. Si vous saviez comme c'est insupportable d'entendre des Parisiens dire "le logement est bien moins cher ici" quand nous on a vu depuis les années 2000 une inflation telle que les gens vont maintenant s'exiler en 3ème couronne, encore à peu près abordable, mais à 35 km...
      Et puis, la densification est en marche avec des constructions pensées comme à Paris, sans espaces verts au pied des grandes tours de 10 étages (le pré Gauchet ou les récentes constructions en bord de la route de Pornic à Pont-Rousseau). Niches fiscales très probablement pour beaucoup de logements mis en location ensuite (et tant pis pour la qualité de vie des habitants). J'ai grandi et vis toujours dans une barre HLM et l'une des soupapes a été ces espaces verts au pied des tours... Regardez les constructions le long de la ligne de busway par exemple. En 6 ans, c'est hallucinant...
      Donc oui, je comprends Quentin, j'entends votre enthousiasme, et je le comprends aussi mais sachez qu'il n'est pas forcément si bien vécu quand on est au bas de l'échelle sociale et qu'on voit sa qualité de vie amoindrie à cause de l'arrivée massive de Parisiens...
      Voilà, un peu d'humilité et de reconnaissance de cet état aiderait je crois...

      Supprimer
  7. Joli article, joli dessins Bravo :)
    Vous savez de quoi je rêve moi ? Que Paris ne soit plus le centre économique de la France. Que l'on trouve du travail ailleurs, qu'on arrête de concentrer, gens, économie, écoles et business au même endroit.
    Ca n'a pas de sens ! Nos politiques et les nouvelles techno devraient nous aider à aller dans cette direction.
    Et vous savez pourquoi c'est ce que je souhaite ? Parce que je suis née ici, je suis la cinquième génération née à Paris, parce que ici c'est chez moi et que j'entends trop de gens dire ne pas aimer cette ville et la subir.
    Ici c'est chez moi, j'aime cette ville et ses défauts :)
    Je ne dis pas que je ne partirai pas, parce que comme tu le dis nos envies et nos besoins changent mais pour l'instant c'est ici ma maison !
    Au plaisir de vous lire :)

    RépondreSupprimer
  8. Joli article, joli dessins Bravo :)
    Vous savez de quoi je rêve moi ? Que Paris ne soit plus le centre économique de la France. Que l'on trouve du travail ailleurs, qu'on arrête de concentrer, gens, économie, écoles et business au même endroit.
    Ca n'a pas de sens ! Nos politiques et les nouvelles techno devraient nous aider à aller dans cette direction.
    Et vous savez pourquoi c'est ce que je souhaite ? Parce que je suis née ici, je suis la cinquième génération née à Paris, parce que ici c'est chez moi et que j'entends trop de gens dire ne pas aimer cette ville et la subir.
    Ici c'est chez moi, j'aime cette ville et ses défauts :)
    Je ne dis pas que je ne partirai pas, parce que comme tu le dis nos envies et nos besoins changent mais pour l'instant c'est ici ma maison !
    Au plaisir de vous lire :)

    RépondreSupprimer
  9. Eh oui... Belle découverte que j'ai faite avant mes 30 ans (en étant née à Paris, shame on me). La province c'est aussi un autre rythme, de belles rencontres, et on y prend racine avec beaucoup de plaisir. Retourner à PAris en touriste n'est pas désagréable, à part quelques constats un peu amers : oui les parisiens font la gueule et sont pressés. Dire merci à la boulangère fait perdre trop de temps au gars derrière qui patiente bruyamment. Donc visiter Paris en touriste, et retourner dans sa petite ville de province, devient un plaisir... gourmand.

    RépondreSupprimer
  10. Le virage des 40 ans ? disons qu'il est plutôt convenu d'avoir pris le jackpot pendant une belle décennie et d'en avoir marre de ne vivre que pour le boulot et qu'il est temps d'en profiter et laisser la place aux jeunes requins.

    RépondreSupprimer
  11. Je me retrouve étrangement dans cet article : je viens de Besançon, j'y suis née, y ai passé toute mon enfance et me suis empressée de la quitter dès que j'ai pu car je la prenais pour une ville endormie et sans grand intérêt, j'ai ensuite vécu 4 ans à Lille et je suis maintenant à Paris depuis 3 ans pour mes études. Plus je retourne dans mes anciennes villes plus j'apprends à les observer, à les apprécier à leur juste valeur et à voir tous leurs points positifs. Du haut de mes 21 ans, j'envie déjà les personnes qui peuvent quitter Paris tous les weekend et je sais que je ne passerais pas ma vie à Paris, bien qu'elle soit magnifique et tumultueuse et qu'elle m'ai beaucoup apporté !

    RépondreSupprimer
  12. Super émouvant ton article, j'ai encore la gorge serrée car c'est exactement dans cet état d'esprit que j'ai moi-même pris la décision de partir... sans regret aujourd'hui mais nostalgie tout de même des années passées à Paris (sans avoir fait un tour à la Tour Eiffel, la honte quand même) !
    Merci de te raconter ici très simplement mais très sincèrement <3

    RépondreSupprimer
  13. Mais pour aller en Vendée, dans les îles et à la mer, depuis Nantes il faut une voiture. Au quotidien, il faut souvent une voiture car Nantes est ce que les urbanistes appellent une ville ouverte, très étendue, où les terres maraichères sont bouffées par les pavillons de banlieue. Alors écolo en centre ville sûrment (étonnant ce mélange entre bourgeois tradi et bobo) mais méga embouteillée dans sa banlieue et très dépendante de la voiture dès que l'on sort du réseau TAN qui à mon sens propose un service plus lent que quand j'y habitais (un comble). Bref soit on fait une conurbation Nantes-Saint Nazaire, soit il va falloir densifier la population. A suivre avec intérêt dans les prochaines années. Corinne, bretonne expatriée à Nantes puis à Paris :-)

    RépondreSupprimer
  14. vous aurez surement plus de verdures, d'espaces en m² mais je vois qu'au fond votre sang parisien vous tient : "seulement à 2h de train de Paris" et vous avez raison car vous allez être complètement décalé par rapport au monde et ce, malgré Internet et tout le reste: il n'y a pas de juste milieu : ou l'on est à la pointe de tout (vivre et être parisien) ou passer à côté des choses (vivre et être provincial) , je suis désolé de mon point de vue c'est comme ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hahahahaha ! C'est du second degré ou vous êtes sérieux ?

      Supprimer
    2. Vous passez à côté de tellement de choses avec un tel raisonnement... Pauvre de vous...

      Supprimer
  15. http://www.thelocal.fr/20160413/15-reasons-clermont-ferrand-is-the-best-place-in-france

    RépondreSupprimer
  16. Un ami vient de me partager votre billet car j'ai vécu pendant 9 ans à Paris et depuis 6 mois maintenant, me voilà Nantaise.
    Pour ma part j'ai détesté Paris dès ma seconde année. Bien entendu c'est une belle ville, magnifique, tellement de choses à voir à faire à découvrir. Mais lorsque l'on travaille, les musées / resto / sorties sont rares et ne restaient que les mauvaises choses (métro / stress / pollution).
    Bref, ceci pour dire, depuis 6 mois je n'ai jamais été aussi heureuse de m'être installée à Nantes (et plutôt un virage des 30 ans pour moi) !
    Certes, aucune ville n'est idyllique et parfaite, pour preuve les manifs à Nantes qui dégénère à chaque fois.
    Mais pour ce qui est du niveau de stress, du prix des loyers, de la qualité de vie, on est bien loin de la capitale et ça fait du bien.
    Un reproche à vous faire cependant : "aussi pluvieux qu'à Paris", je pense pouvoir affirmer que la pluie est aussi fréquente sur une grosse partie de la France, et pas uniquement l'Ouest. Ces dernières semaines ont été plutôt ensoleillées bien que fraîches, là où il neigeait à Paris !
    Et puis même sous la pluie, le climat doux et la pollution moindre rendent ce temps bien moins dégeu que dans la capitale.
    Et puis le "centre-ville", disons l'hyper-centre fait en un week-end, certes, mais uniquement si vous ne regardez que les magasins et non l'architecture, l'histoire, toute chose à découvrir et à apprécier... ;)

    RépondreSupprimer
  17. Nantes n'a rien à prouver. Le problème, ce n'est pas Paris, c'est les Parisiens. Vous pensez que tout ce que vous avez est mieux, tout ce que vous faites est mieux, vous êtes des gens géniaux quoi.
    Voilà ce qui moi perso me débecte chez les Parisiens. Et effectivement certains provinciaux (à traduire "gueux" en langage parisien) en ont ras-le-bol de se voir envahir par des petits péteux, qui courent partout inutilement, critiquent tout, vont "se contenter des magasins d'ici à défaut de pouvoir aller à Paris pour les achats de Noël" (vu et entendu dans un magasin de Nantes).
    Les Parisiens emmènent avec eux leur mauvaise humeur, ne connaissent pas le code de la route, augmentent le prix des loyers et des magasins, et en plus se permettent de critiquer ! J'en passe et des meilleures. Alors pardonnez le gueux intolérant de la lointaine province (ou y'a quand même du vert hin, et des choses à prouver - pourvu qu'elle ne prouve rien, ainsi vous pourrez retourner dans votre mégalopole super hype qui pue) de ne pas vouloir que vous fassiez de Nantes un mini Paris plein de Parisiens arrogants et fier d'eux-mêmes.

    Une Petite Provinciale Qui n'a pas eu besoin d'aller à Paris pour survivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En vous lisant, on se demande chez qui se trouve le mépris et l'arrogance dont vous parlez !

      Faut-il un "droit du sol" pour avoir le droit de s'installer dans une ville ?
      Ça me rappelle certaines lois dangereuses et mortifères envers les étrangers que certains politiciens aimeraient bien appliquer...

      Savez-vous que les "parisiens" que vous dénigrez tant sont quasi tous des provinciaux de naissance ?
      Et n'avez-vous pas pensé qu'un jour vous aurez peut-être besoin de vous installer à Paris ou dans une autre ville pour votre travail ou pour faire une formation ? Ou bien vos enfants ?

      Le monde est à tout le monde, heureusement et catégoriser les gens en fonction de là où ils vivent n'a pas de sens.

      Supprimer
    2. En te lisant Maud, oui j'avoue qu'en tant que parisien j'ai la faiblesse de croire qu'on est géniaux...pour susciter tant de...haine, que tu déploies cette énergie à nous dénigrer, j'émets l'idée toute parisienne je le concède qu'il y a un fon de complexe que tu gères de la pire des manières. c'est dommage car comme cela a été dit il n'y a pas lieu de complexer du fait de son lieu de naissance, de son identité culturelle ou de son choix de vie...
      Je remarque quand même que lorsqu'on parle de l'accueil que réservent les parisiens aux gens venus d'autres horizons (je marque des points non? je n'ai pas ressorti de province!!!), on devrait l'examiner à la lumière de commentaires comme celui que nous offre Maud...cela replacerait un peu les choses à leur juste place...tous les effets que tu imputes à l'arrivée de parisiens (d'ailleurs de gens qui souvent sont les premiers à tailler Paris en pièces soit dit en passant, donc à ranger dans la catégorie dont tu relèves Maud)sont ceux que déclenchent les mouvements de population et notamment les flux qui rejoignent Paris...
      Donc cela vaudrait le coup d'y réfléchir deux secondes, si on suit ton raisonnement ô combien tolérant et brillant, cela justifierait de recevoir de la pire des façons ceux qui s'installent dans la capitale, et provoquent les désagréments que tu listes...
      Muriel très bonne continuation a toi et je te souhaite de parvenir à trouver l'endroit qui t'assurera un bel équilibre de vie...ce qui je pense est propre à chacun, et ne peut faire l'objet d'aucun classement, juste d'échanges mettant si possible au centre le respect...

      Supprimer
  18. Bonjour

    les hasards des partages Facebook font que je découvre cet article bien tard, mais il m'a bien plu !
    Contrairement à toi, j'étais une parisienne de naissance (et avec deux parents nés à Paris, et même un grand père... l'oiseau rare, quoi), et j'ai eu la chance, grâce à la survie des appartements "loi de 45" de vivre toute ma jeunesse juste à côté du Pont Neuf.

    Et ce qui m'a décidé à commenter, c'est que figures toi que je faisais souvent un détour le soir, pour passer devant la Tour Eiffel, ça me rajoutait un quart d'heure sur mon trajet de retour, mais si je tombais à l'heure, j'avais l'illumination et je me disais, derrière mon volant "mon dieu que j'ai de la chance de pouvoir voir ça comme je veux" ^^

    Après je suis partie ailleurs, par pour "quitter Paris", mais pour vivre ma vie, et j'ai découvert la vie en province, et même à la campagne. J'ai plus de mal maintenant à revenir à Paris, je ne m'y sens pas à l'aise en "touriste" et je n'ai plus mes repères de parisienne. Et honnêtement, la ville a mal évolué ces dernières années.

    Nantes est une ville très chouette..

    RépondreSupprimer
  19. Nous, on a fait ce choix pour une ville à 10 min de Lille... et WAOUH ! Juste WAOUH ! Tout est top : plus d'espaces, plus de calme, plus de gentillesse, plus de TOUT et moins de rien.

    RépondreSupprimer
  20. Je me suis beaucoup reconnue dans ce post et également dans la lettre Paris je t'aime mais je te quitte.

    Je vis à Paris depuis 1 an et j'adore cette ville. Je ne sais pas si je resterai des années, ou bien toute ma vie, mais pour le moment, cette ville correspond à ce que je cherche. J'ai grandi en Normandie, j'ai vécu plus de 6 ans à l'étranger et Paris m'offre cette diversité et ce dynamisme que j'ai tant aimé à l'étranger. Des cultures variées, des gens du monde entier, une logistique hors pair (les métros qui circulent un jour férié c'est très agréable !). Je ne prends jamais la voiture, je me promène souvent à pieds ou en transport (même l'heure du trajet chaque matin et chaque soir me parait agréable).
    Certes, les Parisiens ne sont pas les plus agréables et souriants, ce qui est bien dommage d'ailleurs. Mais on sait tous que le meilleur moment de l'année à Paris, c'est le mois d'août quand ils sont tous partis en vacances :)
    Peut-être que moi aussi j'en aurais marre dans des années et que je voudrais un coin de verdure très calme... mais pour le moment je suis bien ici :) et je suis prête à défendre cette ville, car en effet, aucune ville n'est idyllique ou parfaite.
    Muriel, bonne continuation dans cette nouvelle étape !

    RépondreSupprimer
  21. Beaucoup reconnue aussi dans ce post... d'ailleurs quand j'ai quitté Paris pour revenir à Nantes en décembre 2015, après 16 entre Madrid et Paris, j'ai écrit un post qui s'intitulait "Paris je t'aime mais je te quitte" sur mon FB (sans les dessins et tout, le tien est nettement plus beau !)... à croire que les grands esprits se rencontrent !! Bref, après avoir partagé les mêmes craintes que toi (même si de mon côté, le choix de quitter Paris un jour était très clair depuis le jour même de mon arrivée... car même si j'y ai vécu de grandes choses, Paris ne me correspondait pas, c'était un choix professionnel dirons-nous pour faire simple... Madrid beaucoup plus mais la crise est arrivée !) surtout après 14 ans dans des capitales et non des moindres... je le dis haut et fort = je me réveille chaque jour un peu plus heureuse d'habiter dans cette ville qui m'a vu grandir mais qui a tant changé. Je redécouvre Nantes avec les yeux émerveillés de tout ce que je peux faire ici, que je ne pouvais pas faire à Paris (les virées dans le vignoble, les couchers de soleil sur la Loire sur un transat avec un "horizon", une pause paddle sur l'Erdre après le boulot, les picnics dans l'herbe ET le centre-ville, des bars cools, des concerts tous les soirs... et oui, car Paris offrent beaucoup mais peu de temps et peu d'argent pour en profiter) Depuis que je vis ici, j'ai l'impression d'être tous les jours en vacances. C'est la définition même de la douceur de vivre dans une ville dynamique, belle, verte, avec un meilleur climat qu'à Paris quand même (les statistiques ne trompent pas... 400 heures de plus d'ensoleillement par an, ça compte !!), pleine de projets... la capitale des coworkers, des trentenaires qui font le grand saut... et oui, beaucoup de Parisiens ici et pour le moment, je n'en ai connu aucun qui quitterait Nantes maintenant. Et comme juillet est arrivé... bon Voyage à Nantes !!!!! Et si tu le souhaites, on se prend un verre !!

    RépondreSupprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  23. Bravo Muriel pour ton blog, c'est vraiment super. Parisienne d'adoption, banlieusarde de naissance, à 43 ans, je pense quitter la capitale pour la province avec mon amoureux et nos deux enfants. Je suis effrayée et effarée à la lecture de certains post, par l'agressivité dégainée par certains. Ces mêmes personnes qui vont sans nul doute distiller de grandes phrases bien pensantes en société sur le racisme et la méchanceté du genre humain. Et même pas capables d'avoir l'intelligence, si ce n'est la bienveillance, d'accueillir de nouveaux arrivants sur leurs communes. La connerie n'est pas l’apanage des parisiens, certains provinciaux en font eux-mêmes la parfaite démonstration ici. Longue vie à ton blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Moi je comprends parfaitement l'agressivité des vieux Nantais, quadra comme moi, qui voient leur ville autrefois ouvrière (et oui, les machines de l'île pour moi ce sont les gars en bleu de travail que je voyais sortir des chantiers jusqu'en 1987) et le lieu Unique c'est l'usine LU où j'ai aimé sentir le parfum des gâteaux brûlés en prenant le bus. On savait alors qu'il allait pleuvoir à cause de l'orientation des vents et de l'odeur...
      Oui mais cette ville que j'aime aujourd'hui voit (à cause du TGV) une inflation des prix hallucinante, une explosion même qui dégomme petit à petit les milieux populaires du centre-ville. Ca s'appelle la gentrification.
      Certains Parisiens se plaignent des manifs qui dégénèrent à Nantes. Les pauvres ! Mais se sont-ils informés sur l'histoire de cette ville militante (dans tous les sens : les manifs de l'école libre en 1984 sont partis de là). En 1955, un homme est mort dans les manifs ouvrières, tué d'une balle policière. Ce n'est pas une fatalité, mais de mémoire, les manifs de Nantes ont toujours été très chaudes ; c'est lié à l'histoire militante...
      Moi, je n'ai pas envie de perdre cette histoire et je déprime souvent en voyant par exemple que la ville de Nantes ne fait aucune pub au musée GRATUIT créé par les anciens des chantiers navals à la maison des hommes et des techniques, à côté du célèbre éléphant.
      Il y a une violence symbolique dont vous n'avez sans doute pas conscience, quand les plus riches dégagent les plus pauvres (je n'ai pas osé écrire les masses laborieuses, mais c'est à peu près ça).
      Depuis 2000, augmentation donc des bouchons, puisque bon nombre de classes moyennes et plus basses vivent en 2ème et 3ème couronne...

      C'est facile de regarder de haut avec de belles idées généreuses certains commentaires. Je trouve que vous gagneriez à essayer de comprendre ce que nous vivons depuis les années 2000. La boboïsation ça a un côté sympa, mais parfois c'est étouffant...
      Merci de m'avoir lu.

      Supprimer
  24. Bonjour,

    Etes-vous partie vous installer à Nantes, finalement ?
    Paris vous manque-t-elle ?

    Carmen

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Carmen,
      Ma réponse à votre question: http://atelieraoutaparis.blogspot.fr/2016/10/parce-que-tu-le-vaux-bien.html
      ;)

      Supprimer
  25. Bonsoir,
    Cela fait du bien de lire quelques avis positifs sur PARIS !
    J’ai résisté lorsque mon ancienne société parisienne m’a fait du pied pour venir y vire définitivement. Je vivais à Lyon, en faisant les déplacements en semaine. Fatiguée par ce rythme, j’ai accepté cet été une proposition d’emploi 100% à Lyon.
    Surprise : très vite PARIS m’a manqué ! J’ai réalisé que j’avais « besoin » d’elle !
    Déjà au niveau professionnel, tout se signe là bas, hélas la France est encore très centralisée. Et les opportunités de développer son réseau, travailler sur des projets plus importants ne sont pas une légende dans certain domaines d’activité.
    Et puis ce rythme : speed mais si vivant ! Ça m’énerve aussi de voir les gens de Lyon aussi peu pressés !
    Et cette sensation d’avoir plus de chances de construire une nouvelle vie là bas (rencontres, etc.).
    Aujourd’hui, je me lance enfin à l’aventure : nouveau boulot dès le 15 Janvier !
    J’ai très peur, car j’ai conscience de ce que je perds (qualité de vie, nature, bons resto pas chers, amis, etc.) Mais je pense que je m’adapterai assez vite !
    Changement radical !! A suivre……… Lilly

    RépondreSupprimer