vendredi 31 mars 2017

Le clitoris cet inconnu ? Tu m'étonnes !












13 commentaires:

  1. Si c'est "déplacé", j'aimerais bien qu'on nous explique pourquoi ça n'est pas "déplacé" de parler de "gland", de "prépuce", de "testicules" et de "scrotum" à "un enfant de 5 ans". Elle est où la différence, comprends pas ????

    RépondreSupprimer
  2. Je suis aussi choquée que toi de la réponse de l'éditrice. Il est donc déplacé de parler de clitoris à une petite fille de 5 ans par contre il est normal qu'elle sache que le gland est caché sous le prépuce. Comment peut-on justifier ce tel écart d'information? J'approuve à 100% tes corrections.

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement le clitoris à pour fonction de prendre son pied ! Comme le pénis il peut aussi être en érection (et oui), mais avec le pénis on urine et pas le clito. Est ce pour cela que l'on en parle pas ? Mais effectivement les rajouts sur les dessins me semble tout à fait nécessaire. ET puis ça m'agaçe aussi le "zizi" et la "zezette", Penis et vulve ne sont pas des gros mots...

    RépondreSupprimer
  4. Et puisqu'on parle des testicules, et qu'on explique qu'ils feront les spermatozoïdes, pourquoi ne pas parler d'ovaires, d'ovules et d'utérus ? Beaucoup d'enfants (jusqu'au collège...) ignorent que c'est là que le futur bébé se développe.
    Dans le même style, expliquer que "le papa met la graine et le bébé pousse dans le ventre de la maman", donne à la femme le rôle de "pot de fleur", alors que l'ovule apporte autant d'information génétique que le spermatozoïde (voire plus, si on tient compte de l'ADN mitochondrial exclusivement d'origine maternelle).
    On a du chemin à faire ! Et c'est clair qu'il faut commencer avant 5 ans.

    RépondreSupprimer
  5. "Ne pas trop accabler les auteurs" ???????????

    euh pour rappel l'un des auteurs est MÉDECIN
    il fait un livre INFORMATIF !

    alors il y a TOUTES les bonnes raisons de l'accabler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sans compter la façon dont il a répondu aux critiques... http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/30/michel-cymes-propose-dappeler-le-samu-pour-ceux-qui-jugent-son_a_22018885/

      Supprimer
  6. Merci Muriel. Parlons de clitoris à tous les enfants, qu'ils grandissent dans le savoir et avec la légitimité du plaisir...

    RépondreSupprimer
  7. Complétement d'accord avec vous... Et le texte, sous les illustrations, aurait aussi besoin d'être repensé ! Si l'on écrit que le pénis parfois durcit et c'est normal (c'est signe de "bonne santé"), on devrait nous aussi avoir le droit d'être rassurée : la vulve est parfois humide et c'est normal, merci...

    RépondreSupprimer
  8. Je dirais réponses A+B+C+ réponse subsidiaire... Merci d'avoir si bien démontré les inégalités et l'ignorance qui subsistent autour du sexe féminin !

    RépondreSupprimer
  9. Elle parle du gland et du prépuce mais ne veut pas parler du clitoris... C'est quand même totalement inégal.

    RépondreSupprimer
  10. Comme le dit Odile Buisson, gynécologue et obstétricienne, c'est une obsession qui remonte à la nuit des temps dans bien des pays où l'excision est pratiquée - on a retrouvé des momies égyptiennes excisées !
    il y a près de 130millions d'excision par an dans le monde, soit 4 bébés - jeunes filles excisées par minute, dont 10 à 15% vont mourir d'infections.
    En Europe, il s'agit d'excision "mentale", on nie le clitoris, sujet de ce blog, puisque par exemple la première analyse anatomique du clitoris n'a été réalisée qu'en 1998 par une équipe australienne(et c'est beaucoup plus étendu dans le corps qu'on ne le croit ...). En clair, jusqu'à cette date, même les gynécologues ne savaient même pas de quoi ils parlaient - s'ils en parlaient - et le reste des médecins n'en parlons même pas ...
    2005 : première IRM du clitoris
    2009 : première échographie pendant le coït ...
    Enjoy ! Un pas est un pas ... Informer, éduquer c'est essentiel !

    RépondreSupprimer